Yvon TABURET

                                                                                       J'écris des pièces de théâtre, essentiellement des comédies,

                                                                                       depuis une vingtaine d’années.
                                                                     J’ai commencé à écrire lorsque j’étais acteur et metteur en scène                                                                                          dans la troupe de théâtre de ma commune. A l’époque, nous avions

                                                                                       des difficultés à trouver des textes adaptés à nos attentes.

                                                                                       C'est ainsi que j’ai commencé à écrire.
                                                                                       L’accueil rencontré m’a incité à continuer, jusqu’au jour où un

                                                                                       éditeur m’a proposé d’être publié. 
                                                                                       En paraphrasant Yves Robert qui le disait à propos du cinéma,

                                                                                       je dirais que j’écris du théâtre Populaire avec un grand P. Je

                                                                                       revendique la majuscule avec fierté et insistance parce que pour

                                                                                       moi, écrire du populaire, ce n’est pas forcément faire de la

                                                                                       ''soupe'', mais c’est essayer d’être accessible au plus grand

                                                                                       nombre de spectateurs possible, y compris ceux qui n’ont pas de

                                                                                       culture théâtrale particulière.

                                                                                        Je le dis d’autant plus aisément que moi-même, je n’ai pas ou peu

                                                                                       de culture théâtrale. Si j’en avais eu, probablement que je n’aurais

                                                                                       alors jamais osé écrire une seule ligne. Mon «inculture» m’a

                                                                                       décomplexé et m’a permis d’écrire sans contraintes et sans

                                                                                       influences majeures. En revanche, nourri depuis l’enfance à la

  bande dessinée et à la chanson, j’ai toujours été sensible au rythme, au découpage.

  C’est pourquoi l’expression théâtrale que je propose privilégie l’événementiel, afin que le spectateur puisse

  se dire : ''Que va t-il se passer ? Où cela va t-il nous emmener ?''

  Le rythme et le rire, ingrédients indispensables dans une comédie, n’empêchent pas l’émergence de l’émotion

  ou même de la réflexion ; ainsi plusieurs de mes pièces abordent, sous un aspect humoristique, les thèmes de

  la tolérance vis à vis de la différence. (Différence de race dans "Les Parasites Sont Parmi Nous" différence de

  culture dans "Un Réveillon à la Montagne". "On a Perdu le Youki" ou "Une Star en Campagne").

 

Le THEATRE à MOUDRE